Journée porte ouverte


Related Images

Image from page 19 of Image from page 823 of Image from page 83 of Image from page 1400 of ANZAC Day Image from page 176 of SAIGON 1877 - Đài kỷ niệm Doudart de Lagrée (1823-1868), nhà thám hiểm sông Mekong người Pháp, chết ở Vân Nam TQ Image from page 223 of Image from page 129 of Image from page 678 of Image from page 293 of Image from page 30 of Image from page 207 of Image from page 1399 of Image from page 186 of Image from page 83 of Image from page 105 of boiled calamari--the beginnings of our Thai seafood salad La Dépêche coloniale illustrée - 15 février 1909 - Số báo cách nay 110 năm, Kỷ niệm 50 năm ngày chiếm SAIGON (15) Image from page 474 of


License: Creative Commons - Attribution
Author: Évie.
Description:
Mai Comme un diable sorti de sa boîte, Mai surgit brusquement des brumes mauves et des décors pastel d’Avril. Joyeux et exubérant, il bouscule de sa gouaille populaire les timides ardeurs du printemps naissant. Car il faut bien dire que chez nous, les délices de la belle saison restent rares au début du printemps… Mai n’est assurément pas un gourmet. Il nous convie, avec sa gaîté coutumière à un pic-nic improvisé sur l’herbe encore humide de pluies. Ici, point de plat raffiné ni de boisson coûteuse. Ni de vaisselle précieuse non plus, ni de nappe damassée embaumant la lavande. Nul verre de cristal fragile aux allures de bijoux, aucun couvert d’argent brillant d’une aristocratique suffisance. On déguste le pain frais taillé en larges tranches avec le saucisson poivré, le pâté de campagne aux saveurs rustiques et le fromage fermier aux capiteux effluves, accompagnés d’un vin sans pédigrée qui luit comme un trésor dans les verres en plastique. Mai transforme ce frugal repas en fête sans pareille. Nous, les montagnards au caractère secret et à la retenue légendaire, nous surprenons à parler fort et à rire bruyamment comme les gens du Sud ! Le cinquième mois de l’année est décidément une bien mauvaise fréquentation ! Mai profite de sa venue pour éveiller sans ménagement nos vallées profondes et sombres, et échanger leurs tons de terre et d’acier contre un vert pomme du plus mauvais goût, agrémenté, si je puis dire, du jaune criard des fleurs de pissenlit, puis du rouge sans nuance des coquelicots… Mai ne se soucie pas de la mode, et, bien sûr, se rie des conventions… Et cela nous plaît ! Quoi de plus agréable que ce naïf méli-mélo de tons enfantins après des mois de couleurs effacées par le froid ? Mai impose avec impudence ce que nous n’aurions jamais osé rêver durant nos longs mois d’hiver sans lumière ni parfum. Et puis un matin, mai n’est plus là. Comme à son habitude, il s’en est allé sans crier gare, et sans un au revoir, nous laissant désolés de son départ brutal, et agacés par son impolitesse… la chaleur de juin, qui, dès l’aube, étourdit la campagne, l’aura fait fuir vers des cieux plus accueillants… Les fleurettes qu’il a abandonnées çà et là se flétrissent de tristesse et courbent leurs tiges sous l’imperturbable soleil de Juin. Mai et sa poétique frivolité nous manquent déjà…

Credit:

Select Image Size
Square 75X75 View Download
Large Square 150X150 View Download
Thumbnail 100X67 View Download
Small 240X160 View Download
Small 320 320X213 View Download
Small 400 400X266 View Download
Medium 500X333 View Download
Medium 640 640X426 View Download
Medium 800 800X532 View Download
Large 1024X681 View Download
Large 1600 1600X1065 View Download
Large 2048 2048X1363 View Download
X-Large 3K 3072X2044 View Download
X-Large 4K 4096X2726 View Download
Original 4310X2868 View Download